Le patrimoine immateriel fârșerot, moscopolitain et méglénoroumain. Recherche sur terrain (2010-2012)

Berciu-Drăghicescu, Adina; Coman, Virgil (Articol)

“Sur la base des exigences européennes concernant la protection du Patrimoine immatériel, de la législation roumaine (Loi 26/2008 concernant la protection du patrimoine culturel immatériel) et ayant en vue les objectifs de l’activité du Département pour les Roumains de Partout, auprès du Gouvernement de Roumanie, on y a demandé et obtenu, le financement du projet: Farserots, Moscopolitains et Méglénoroumains – valorisation on-line du patrimoine culturel. Sur le site, on a constaté que, malgré les vicissitudes de l’histoire, ces institutions ont accompli leur mission: le patrimoine immatériel est largement préservé dans le cadre de la communauté aroumaine d’Albanie, mais aussi au sein de celle méglénite de Grèce et de la République de Macédoine, quoi que dans une mesure plus petite; on l’a gardé particulièrement en Roumanie, où le régime politique instauré à la fin de la Seconde Guerre Mondiale a été beaucoup plus permissif, comme on va voir. Malgré tout cela, le danger de sa perte est quand même évident. L’aspect de nouveauté du projet a consisté dans une recherche comparative historico-ethnographique du patrimoine culturel immatériel particulièrement des Aroumains et des Mégléoroumains de Roumanie (Constanţa, Palazu Mare, Ovidiu, Nisipari et Cerna) mais aussi de ceux de la République de Macédoine (Skopje, Ghevgheljia, Huma), Albanie (Pogradetz, Korcea, Moscopole, Divijaka, Elbasan, Përmet, Fiëri, Saranda, Gjirokastro, Andon Poçi et Grèce (Kalambaka, Glikomilia, Hrisomilia, Cupa/Koupa, Skra/Liumnitza, Periklia/Berislav, Osin/Oshani, Lagadia/Lungutza/Lundzini, Arhanghelos). La conclusion essentielle de l’équipe a été que entre les communautés de Farserots, Moscopolitains et Méglénoroumains de Roumanie et celle d’Albanie, de Grèce et de la République de Macédoine, il n’y a pas un aspect de similitude mais d’identité totale autant à l’égard du patrimoine immatériel qu’à l’égard de l’identité culturelle. Malgré les vicissitudes de l’histoire et les transformations profondes déterminées en premier lieu par le progrès technologique, les Farserots et les Moscopolitains, et les Méglénoroumains d’autre part, ont continué à perpétuer la langue, la religion, les traditions, les coutumes et les métiers hérités de leurs ancêtres. Ce n’est pas moins vrai qu’ils sont déterminés de faire la même chose dans l’avenir, tout en enlevant toute barrière politique ou d’autre nature.”

Cuvinte cheie: Farserots, Méglénoroumains, Moscopolitains, and patrimoine culturel immatériel

Revista de etnografie și folclor / Journal of Ethnography and Folklore

2012, nr. 1-2