Pour une conception anthropologique de l’esthetique musicale de tradition orale, a partir de la contribution theorique de Jean-Marie Schaeffer

Gervasi, Flavia (Articol)

“La recherche d’une catégorisation de la «beauté» musicale, bâtie sur les critères issus de la philosophie occidentale, a conditionné les études ethnomusicologiques et d’anthropologie musicale, comme le montre l’expérience d’Alan Merriam, premier partisan d’une théorie esthétique auprès des sociétés dites primitives. Au cours de l’histoire de la pensée philosophique, la superposition entre esthétique et grand art a rejeté toute possibilité de considérer les pratiques musicales extra-occidentales comme des expériences esthétiques. La parution de l’ouvrage Adieu à l’esthétique de Jean-Marie Schaeffer (2000) s’avère riche d’appuis épistémologiques qui permettent de réviser l’étude de l’esthétique appliquée aux terrains anthropologiques. La conduite esthétique est pour le philosophe français une expérience relationnelle, une modalité cognitive grâce à laquelle l’être humain prend connaissance du monde environnant. Dans son être avant tout biologique, la conduite esthétique s’inscrit dans une modalité cognitive, par conséquent elle est universelle. L’on ouvre ainsi une possibilité spéculative afin de considérer les expériences esthétiques dans le domaine de l’anthropologie musicale.”

Cuvinte cheie: anthropologie, épistémologie, Esthétique, herméneutique, and tradition orale

Revista de etnografie și folclor / Journal of Ethnography and Folklore

2011, nr. 1-2